La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
09 74 36 09 67
logo Biocoop
Biocoop Rezé Saint Paul

Paysages bio de la Manche

Paysages bio de la Manche

Le 24/08/2022

Paysan, pays, paysage. Une étymologie et une histoire communes qui, en certains lieux, font sens plus qu’ailleurs et s’imposent avec bonheur. Découvertes bio au sud du département de la Manche, d’est en ouest, du Domfrontais à Avranches face au Mont-Saint-Michel. En Normandie assurément !

Paysan, pays, paysage. Une étymologie et une histoire communes qui, en certains lieux, font sens plus qu’ailleurs et s’imposent avec bonheur. Découvertes bio au sud du département de la Manche, d’est en ouest, du Domfrontais à Avranches face au Mont-Saint-Michel. En Normandie assurément !

Vignette Actu - Paysages bio de la Manche

Ludovic Lecrosnier, éleveur laitier bio,
dans sa ferme de la Motte près de Barenton, nous montre sa façon de dire bonjour
à une vache : allongé et serein dans un pré-verger pour attiser la curiosité du paisible ruminant…

Le lait. Il domine dans le paysage manchois. Sans surprise. L’image bucolique des prés et des vaches sous les pommiers colle au pays.

Ludovic Lecrosnier, éleveur bio à Saint-Cyr-du-Bailleul, a vu la production laitière s’intensifier depuis la fin des quotas il y a près de 10 ans, mais pas au même rythme que le cheptel. Quel est le rapport avec le paysan, le pays et le paysage ?

Pour augmenter la production, l’agriculteur peut jouer sur l’alimentation des animaux, souvent avec le maïs au lieu de l’herbe ou le foin du pré. Ce qui n’est pas sans conséquence, selon l’éleveur, représentant de la Confédération paysanne de la Manche : dépendance accrue aux machines, au pétrole, au marché ou aux importations de soja. Dans ce schéma, haies et pommiers dans les champs deviennent encombrants.

Des prés et des pommiers, certes il en reste : le département est grand producteur de cidre.

Photo d'illustration - Frères Lecrosnier dans leur cave de calvados

Mais « l’important est que les vaches broutent dans les prés ! »,

insiste Jérôme Lecrosnier, producteur de cidre et de poiré sur la même exploitation que son frère Ludovic, soucieux de la complémentarité des productions. 

« Quand vous ne voyez pas de vaches dehors, demandez où sont-elles et observez la taille des bâtiments. » Le maïs et l’ensilage ne sont jamais loin.

Pour autant, « les agriculteurs se posent de plus en plus de questions sur le modèle dominant. Ils voient les problèmes. Les pesticides, le prix des carburants, de l’azote, la dégradation de l’environnement, les glissements de terrain après l’orage », poursuit l’éleveur.

Alors on replante les haies, on compte les grands arbres, on les expose en photos, comme dans le Domfrontais qui abrite une poiraie unique en Europe.

L’adage dit d’eux : « 100 ans pour pousser, 100 ans pour produire, 100 ans pour mourir ». Et le lieu est le berceau de deux AOP (appellation d’origine protégée) : un poiré et un calvados à base de pommes et de poires.

« ÇA CHANGE TOUT DE MÊME »

« Ça change tout de même, admet Chrystelle Rochard de la ferme de la Motte. Mais plus lentement qu’on voudrait ! »

De fait, l’agriculture bio a bien progressé et le département est en bonne place comparé à ses voisins normands, avec plus de 8 % de SAU bio en 2020 et, en 2019, 15 % de l’effectif national de vaches laitières bio.

Surface cultivées bio dans la Manche

Si le nombre d’exploitations laitières certifiées bio a beaucoup progressé ces dernières années, la consommation, après l’embellie de la période Covid-19, semble se tarir, entraînant dans la filière des déséquilibres entre l’offre et la demande. Certains craignent que les problématiques du conventionnel, où le producteur est la variable d’ajustement du marché, ne rattrapent les éleveurs bio. D’autant que le secteur a connu des changements.

Des collecteurs aux distributeurs en passant par les transformateurs, les acteurs sont nouveaux et plus nombreux.

« Les principaux sont aujourd’hui ceux qui font majoritairement du conventionnel et pour qui le bio est une diversification, un marché.

Ce n’est pas leur priorité, à la différence des historiques qui en dépendentCeux-là portent la bio comme un projet de société, au sens où ce qui compte, c’est de la développer partout et pour tous, avec du lien au sol, des exploitations en autonomie alimentaire et, surtout, la volonté de sortir des pesticides »

affirme Ludovic Lecrosnier.

Comme ailleurs en France, le maraîchage bio connaît un essor tandis que l’installation de jeunes, parfois non ruraux, contribue à revisiter le métier d’agriculteur. Certains réécrivent le paysage, tels le maraîcher Charles-Henri Challier avec sa jument de trait percheronne, quasi locale, ou la chanvrière de Barenton qui fait renaître dans le département, après un siècle d’oubli, les cultures de chanvre.

Photo d'illustration - Aude Daudin et Charles-Henri Challier, maraîchers bio à Tirepied

Aude, Charles-Henri et leur jument, maraîchers bio à Tirepied dans le Champ de la Chouette

Citons aussi Vincent Fabbris qui cultive des blés anciens et fait du pain dans une ferme au cœur de la ville, à Avranches. Originaire d’une autre région, « un autre pays », il se définit comme un paysan, paysan-boulanger.

Pour lui, « ce mot est important », car « il désigne celui qui façonne et fait vivre le pays et le paysage ! ».

Vincent Fabbris, paysan-boulanger dans son superbe fournil de pierre et de bois
de la ferme du Petit Changeons, prépare la fournée qu’il livrera au magasin Biocoop d’Avranches.

Un rituel hebdomadaire aux gestes précis et exigeants, telle une pièce de théâtre rodée
et souvent jouée sur un air de musique, comme Dansez encore de HK ce jour-là, avec une poule
et un chat derrière la vitre de la fenêtre en guise de spectateurs…

Photo d'illustration - Vincent Fabbris paysan-boulanger
Photo d'illustration - Vincent Fabbris paysan-boulanger

Photo d'illustration - Vincent Fabbris paysan-boulanger
Photo d'illustration - Vincent Fabbris paysan-boulanger

ÇA C’EST BIOCOOP !

 

MAGASINS

Dans la Manche, Biocoop est présent au sud, à Agneaux, Avranches, Coutances, Granville, Saint-Hilaire-du-Harcouët, Saint-Lô, Saint-Amand-Villages, et tout au nord, à Cherbourg et Martinvast.

PAYSANS ASSOCIÉS

Biolait, groupement de producteurs de lait 100 % bio associé de Biocoop, est un acteur important du lait bio manchois.

Le lait collecté se retrouve notamment dans les produits à marque Biocoop.

 

Retrouvez cet article en intégralité dans le n°124 de CULTURESBIO, le magazine de Biocoop, distribué gratuitement dans les magasins du réseau, dans la limite des stocks disponibles, ou à télécharger sur le site de Biocoop.

Retour